Nutrition: 7 idées reçues et totalement fausses!

Partager l'article:
  •  
  •  

Nutrition: 7 idées reçues et totalement fausses !

On connait la chanson, en matière de nutrition, c’est un peu comme lors d’une compétition sportive ou d’une élection : tout le monde y va de sa petite explication, son pronostic ou sa croyance en se justifiant parfois à l’aide d’arguments complètement saugrenus qui parfois semblent sortir tout droit d’un chapeau magique !

J’ai compilé un top 7 d’idées que je trouve douteuses, voire parfois complètement fausses ! À noter, ce qui est écrit dans cet article reflète uniquement mes opinions basées sur différentes études et mes expériences en matière de nutrition. Bonne lecture !

TOP 7 Idées reçues


1- Le lait permet d’avoir des os en bonne santé et solides !

2-Le gras c’est mauvais pour la santé !

3- Le sandwich garni c’est pratique, bon et facile…

4-Les sucres lents vs les sucres rapides !

5-Le chocolat et les noix font grossir !

6-Il faut manger beaucoup le matin pour avoir des forces afin de faire le plein d’énergie pour la journée !

7-Il n’y a aucun lien entre état psychologique et notre alimentation !

Ces croyances populaires peuvent aussi s’être glissées presque insidieusement alors que même les recommandations officielles se fourvoyaient (c’est maintenant prouvé par la science) en promouvant certains aliments ou habitudes alimentaires qui après coup se sont révélés être pas si bénéfique que ça… en tout cas en ce qui concerne notre santé !

Revenons à nos préjugés alimentaires : j’en ai sélectionné 7 qui me semblent solidement populaires et bien ancrés chez certains.

L’idée est de partager de l’information pour apporter de la connaissance à travers des informations simples et concrètes j’espère pouvoir t’inspiré dans tes choix en ce qui concerne ta santé et ton alimentation.  

1- Le lait permet d’avoir des os en bonne santé et solides !

Le lait étant effectivement très riche en calcium, ce serait simple de croire qu’il est l’aliment idéal. De plus notre chère télévision s’est empressée de nous le chanter à coup de grand slogan “Les produits laitiers sont nos amis pour la vie…” ça ne te rappelle rien ? À en croire certains, s’en priver ce serait se condamner à une vie déminéralisée que l’on passerait à traîner des os poreux.

Gros paradoxe en ce qui concerne les produits laitiers : les données scientifiques et les différentes études accumulées depuis des décennies sur le lait n’ont pas changé l’avis de l’industrie et des pouvoirs publics qui s’obstinent à faire la promotion des 3 à 4 produits laitiers par jour pour prévenir les fractures et « être en bonne santé ».

Pourquoi le lait n’est pas recommandable d’un point de vue objectif :

-Les protéines du lait sont les allergènes alimentaires les plus incriminés dans les allergies alimentaires. Ces allergies peuvent favoriser : les pathologies auto-immunes, l’hyperactivité, l’autisme…

-Les acides gras sont majoritairement saturés et trans, les deux types d’acides gras les plus délétères sur le surpoids, la santé cardio-vasculaire, les risques allergiques et inflammatoires.

-Certains produits laitiers comme les fromages bloquent l’absorption du calcium du fait de la formation de savons insolubles entre le calcium et les acides gras saturés.

-Le lait de vache contient plus de 6X plus de phosphore que le lait humain. Or, le phosphore est plutôt à éviter, car un excès de phosphore perturbe le métabolisme du calcium et la minéralisation osseuse.

-La Suède détient le record mondial de consommation de lait et produits laitiers. Elle détient aussi le record mondial des fractures du col de fémur chez les femmes de plus de 50 ans, un des paradoxes rapportés par Thierry Souccar, directeur de LaNutrition.fr

-dans toute l’Asie, on boit moins de lait de vache et il y a moins d’ostéoporose !!! Pour avoir de bons os, le mieux c’est l’exercice physique suivi d’un apport journalier de calcium ASSIMILABLE.

Ce qui nous amène aux recommandations suivantes :

À consommer avec modération, à éviter même lorsque comme moi on ne les tolère pas. Éventuellement pour une consommation plaisir et ne pas en abuser. Préférer les laits et fromages fermentés et bio dans l’idéal (plus digeste car pauvre en lactose). Pour ce qui concerne le beurre, il est possible de le clarifier ce qui le rend meilleur au gout et nettement meilleur pour la santé !

2-Le gras c’est mauvais pour la santé !

Pas d’inquiétudes jusqu’ici. Si vous en êtes persuadé, c’est surement grâce à nos chères autorités de santé qui nous l’ont bien fait comprendre après plus de 30 ans à claironner les méfaits des graisses dans l’alimentation. En fait ce les graisses pointer du doigt sont les graisses saturées animales comme le beurre, les œufs, la viande, mais aussi végétales comme la très polémique “huile de coco”.

Alors c’est sûr différents facteurs entrent en jeu, et le monde la nutrition est un peu près d’accord sur les principes de base à savoir qu’il nous faut connaitre les bonnes graisses et les promouvoir !

Pour y voir un peu plus clair et pour mieux comprendre nos amis graisseux, voici quelques informations utiles :

On distingue parmi les acides gras insaturés 3 catégories.

Les Oméga-3 : à favoriser

On les trouve dans les poissons gras (thon, saumon, maquereaux, sardines, etc.), l’huile de colza, l’huile de lin, les noix, les graines de chia…

Ces acides gras possèdent de nombreuses propriétés. Ils sont un allié indispensable dans la réduction de risques de maladies cardio-vasculaires. Ils jouent un rôle majeur dans le développement du cerveau, des muscles et des os. Ils sont très importants pour notre santé et bien souvent nous n’en consommons pas assez à cause de cette fameuse croyance : « ne mange pas trop gras »

Les Oméga-6 : à limiter

On les trouve dans la viande, les œufs, le beurre, le fromage, l’huile de tournesol, ou encore de nombreux plats industriels

Les Oméga-9 : à favoriser

On les trouve principalement dans l’huile d’olive, l’avocat, les noisettes, les amandes.

Ils aident à réduire le taux de mauvais cholestérol (LDL-cholestérol) et favorisent la prévention du diabète et des maladies cardio-vasculaires. En somme ils sont bénéfiques pour notre bonne santé.

Les acides gras « trans » : à fuir (en courant)

On les retrouve essentiellement dans les plats préparés, les viennoiseries, les biscuits sucrés et salés, les céréales, les margarines, les produits à base de pâte feuilletée…

Les acides gras trans sont des graisses issues de l’hydrogénation, un processus qui modifie la structure des molécules d’acides gras afin de leur donner une texture plus ferme et d’augmenter leur durée de conservation. Ces acides gras trans sont devenus omniprésents dans les produits industriels il vaut mieux les éviter au maximum.

On ne mange pas trop de gras aujourd’hui, mais on mange du “mauvais gras” : on consomme des acides gras trans, des acides gras saturés et des Oméga-6 en excès. En revanche, on consomme bien trop peu d’Oméga-3, pourtant indispensables pour notre santé globale. Alors pour garder la santé (et la ligne), on mange du gras, mais du bon gras !

 

3- Le sandwich garni c’est pratique, facile et bon…

Alors là nous nous attaquons à un titan de l’alimentation. En effet les sandwicheries pullulent aux abords des écoles et des bureaux. Le sandwich a été adopté comme une solution “durable et économique” pour les gens pressés qui s’empressent de l’avaler avant de devoir retourner travailler ou étudient.

Oui, c’est bien beau ! Voilà quelques informations utiles au sujet du sacro-saint sandwich qui remporte la palme des lunchs pratiques, bons et “sain” selon une croyance véhiculée essentiellement par la preuve sociale -ben oui, tout le monde en mange :D. Et pourtant voici des faits à souligner sur le sandwich et comment est-ce qu’il peut influer ton activité et tes sensations après l’avoir ingurgité !


Manger un sandwiche garni c’est l’équivalent d’avaler 20 morceaux de sucre blanc !

Après ton lunch, tu as encore besoin d’énergie pour terminer la journée. Il faut donc éviter les excès de sucres qui mènent à un état léthargique. Il faut particulièrement se méfier des sucres cachés. En effet, de nombreux aliments provoquent des pics de glycémie, suivis d’hypoglycémies réactionnelles, même s’ils n’ont pas un gout sucré : c’est le cas des demi-baguettes garnies des sandwicheries. Elles équivalent à ingérer plus de 20 sucres ! Idem pour une barquette de frites, une pizza ou un plat de pâtes. Ces repas glucidiques sont une des causes majeures de somnolence et de rages de sucre ou d’alcool en fin de journée.

Je recommande plutôt un repas comprenant beaucoup de légumes, de bonnes huiles ou autres sources de bonnes graisses, du poisson ou de la viande pour le lunch à midi et essaye de délaisser les féculents. Tu sortiras de table à la fois léger, plein d’énergie et de pêche pour l’après-midi (à moins que tu aies le temps de faire une sieste ?) !

4-Les sucres lents vs les sucres rapides !

Alors ici nous sommes face à une récente considération en matière de nutrition. En effet c’est un mythe entier qui s’effondre : la pomme de terre, frite ou en purée, n’est pas plus un sucre lent que le pain, le riz blanc ou les corn flakes. Ces aliments provoquent une montée brutale du sucre sanguin. Aussi élevée qu’avec du sucre pur.

Pendant des années, on a distingué les glucides d’après leur seule structure chimique. On opposait ainsi les sucres simples (glucose, saccharose, fructose, etc.) qui étaient aussi qualifiés de sucres rapides, aux sucres complexes (aliments riches en amidon) que l’on appelait sucres lents. On pensait logiquement que les sucres simples (petites molécules) étaient rapidement absorbés et qu’à l’inverse les glucides complexes, eux, étaient digérés lentement et libéraient progressivement leur glucose dans le sang.

Une nouvelle donne est venue bousculer ce que l’on croyait acquis : l’index glycémique.

Désormais les termes de sucres simples et sucres complexes ne devraient plus être employés, car ils ne correspondent à aucune réalité physiologique.

Tous les glucides qu’ils soient simples ou complexes provoquent un pic de la glycémie 30 minutes après leur ingestion. Seulement ce pic est plus ou important. Ce pic ne dépend absolument pas de la structure simple ou complexe des glucides, il dépend d’autres facteurs. L’index glycémique détermine ce pic.

Ce qui importe réellement dans le choix de son alimentation, c’est l’index glycémique qui permet de classer les aliments selon l’augmentation du taux de glucose dans le sang (glycémie) qu’ils impliquent. L’index glycémique apporte donc des informations sur la qualité même de l’aliment.

Il s’agit ici de s’informer pour mieux connaitre les aliments et leurs indices glycémiques, je te suggère d’aller faire un tour sur le site de “lanutrition.fr” si tu veux approfondir et renforcer des connaissances sur le sujet Table IG LaNutrition.fr . Il existe des moyens pratiques et simples pour baisser l’indice glycémique des aliments comme par exemple : saupoudrer sa salade de fruit frais de cannelle, celle-ci fait baisser la charge glycémique en plus de ses nombreux autres bienfaits.

5-Le chocolat et les noix font grossir !

Si tu continues à penser ça, c’est que tu ne m’as jamais rencontré ou tu ne me connais pas !

En effet, les noix et le chocolat sont mes en-cas préférés et je ne suis pas spécialement gros …enfin, je crois 😀 ! Je vais essayer d’être le plus objectif possible même si ces délicieux aliments auront toujours mes faveurs.

Ce qui va être évidemment déterminant dans le choix de ces en-cas, c’est la qualité de nos délicieux amis ! Je les choisis bio et pour le chocolat souvent « fair trade » (j’aime beaucoup ce que propose OXFAM pour ce qui est du chocolat noir). Je les recommande spécialement pour l’heure du gouter, le timing parfait.

Vers 17 heures, le corps commence à avoir besoin de sérotonine -une hormone antistress- pour revenir au calme. Or, beaucoup de personnes en sont carencées, ce qui les pousse à se jeter sur des mets sucrés, des chips ou un verre d’alcool en rentrant du travail. Cela augmente en effet rapidement le taux de sérotonine dans le cerveau, mais non sans effets secondaires, notamment au niveau de la prise de poids…

Pour éviter cela, prends un vrai gouter vers 16h-17h avec des aliments riches en tryptophane -acide aminé précurseur de la sérotonine- bonne nouvelle ! Le chocolat noir contenant au moins 75% de cacao et les oléagineux correspondent parfaitement au profil ! Une collation délicieuse pour se faire plaisir en toute conscience 😀 …elle n’est pas belle la vie ?!

6-Il faut manger beaucoup le matin pour avoir des forces afin de faire le plein d’énergie pour la journée !

Qui n’a pas lu, qui n’a pas entendu cette phrase au moins une fois dans sa vie ?

Pourtant il est exagéré de dire que directement après avoir mangé nous bénéficions des possibles effets des aliments. Ceux-ci se font en fait ressentir après les avoir digérés et la distinction est importante.

Si certains aliments sont très rapidement assimilés par l’organisme, la plupart vont demander de longues heures de digestions.

En plus, qui est-ce qui nous a amenés à dire jusque-là que ne pas prendre de petits-déjeuners était une mauvaise habitude ? Eh bien, aussi surprenant que cela puisse être, ce sont principalement des spots publicitaires !

Manger des céréales au petit-déjeuner pour avoir l’énergie d’un tigre toute la journée, des gâteaux fourrés au chocolat pour que les enfants aient eux aussi de l’énergie pour bien se concentrer et apprendre à l’école…

Voilà du marketing rondement bien mené ! Qui a envie de manquer d’énergie ? Qui veut déposer ses enfants à l’école sans leur donner toutes les chances de bien apprendre ?

La science nous donne une tout autre version. Les études tendent plutôt à mettre en lumière l’effet négatif d’une forte consommation de glucides au matin sur l’attention, le poids, la concentration ou encore la santé métabolique. Le petit-déjeuner surtout tel que nous le concevons (avec du pain, des pâtes à tartiner, de la confiture, du jus d’orange, des céréales et des gâteaux) n’a donc rien de légitime.

Et puis qui parmi vous a vraiment faim le matin ? Pour ma part, je recommande d’essayer de sauter le petit-déjeuner. Les effets que j’ai ressentis en sautant le petit-déjeuner sont une meilleure clarté mentale, un maximum d’énergie durant toute la matinée, me sentir bien et léger dans mon corps … (j’y reviendrais plus longuement dans un prochain article).

Pour le petit-déjeuner des plus jeunes, je pense qu’il est tout à fait légitime à condition d’être bien pensé. Car nous savons maintenant que la fameuse combinaison bol de céréales + lait + tartines et confiture se traduit souvent par un pic glycémique qui favorise l’hyperactivité et les problèmes de concentration vers 11h00 quand vos chéris sont alors en classe et qui s’en ont le plus besoin !

Attention à ne pas confondre “vraie faim” et grande envie de manger. Si, comme moi, tu as pris ton petit-déjeuner durant des années et que tu veux expérimenter de sauter le petit-déjeuner, il est fort possible que tu ressentes ce que tu penseras être un sentiment de faim, mais c’est surement un appel de ton subconscient qui a enregistré l’idée même de manger à une certaine heure ou durant une certaine période “le matin”. Pas d’inquiétude souvent cette “faim” disparait après les trois premiers jours et la durée de la sensation est assez courte. Tu trouveras une multitude d’infos sur le jeûne intermittent et ses bienfaits si tu entreprends une simple recherche sur le web. C’est un sujet qui me passionne donc je me ferai un plaisir d’écrire plus longuement sur ce type d’alimentation et comment je le pratique au quotidien.

7-Il n’y a aucun lien entre état psychologique et notre alimentation !

L’alimentation en plus de nous apporter de l’énergie et des nutriments a pour premier rôle de nous apporter un certain « bien-être ». On pourrait aussi ici parler d’effet psychotrope d’une prise alimentaire. En soi, rien de mal à ce mécanisme, si ce n’est que parfois nous prenons de mauvaises habitudes et voici un début d’explication :

Enfant en bas âge nous avions vite fait d’identifier le sucré, et la nourriture en général comme calmant. Car il faut savoir que les sucres, par un mécanisme biochimique, provoquent l’entré dans le cerveau de plus de tryptophane (un acide aminé) qui est ensuite converti en sérotonine (neurotransmetteur) qui réduit la vigilance, l’anxiété, les tensions pulsionnelles et l’insatisfaction.

Dès la tendre enfance, tout enfant identifie le sucré, et la nourriture en général, comme calmant. Sur cette lancée nous continuons, adultes, à utiliser les prises alimentaires en priorité comme des outils de relaxation ou de réponse aux stress.

Existe-t-il d’autres outils qui produisent les mêmes effets ?

La réponse est oui pour le meilleur et pour le pire : l’alcool (considérer comme un super sucre sur le plan biochimique), le tabac, la crise de colère…

Heureusement, il en existe aussi beaucoup d’autres bien plus intéressants : la dégustation, la respiration consciente, la méditation, les massages, les câlins, le contact avec l’eau, les expériences créatives, artistiques, les voyages…

Les liens que peuvent entretenir l’alimentation et la psychologie sont nombreux et ignorés le plus souvent. Les connaitre aide à opter pour de nouvelles habitudes et participe à la prévention de crise souvent liés à des états de frustrations, manques, stress…

Il vaut mieux apprendre à répondre aux stress, aux tensions, aux perturbations émotionnelles, par des outils bénéfiques et d’une certaine façon mieux choisir ses « drogues » en optant pour des habitudes saines telles que les massages, la méditation, le sport, les échanges sociaux…et encore mieux et créant soi-même de bonnes habitudes qui vont chasser les mauvaises.

J’espère que cet article t’aura plu ?

Dis moi ce que tu penses de ce “Nutrition: 7 idées reçues et totalement fausses” dans la section commentaire du blog, je me ferais une joie de lire tes avis, remarques ou suggestions concernant cet article.

N’hésite pas à partager l’article si tu veux faire la promotion d’une alimentation créatrice de plaisir et rayonnante de santé !

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article.

 

Yanis

4 commentaires

  1. Lei Lacoste dit :

    Merci pour cette super désintox sur l’alimentation!

    • Merci Leï, ravi que l’article t’ait plu !

  2. Isabelle dit :

    Super article! Je pense comme toi tout ce qui est mis, « pense » parce qu’informée aussi bien sûr! Tu as tellement bien tout résumé ? bravo.

    • Merci Isabelle, cela m’a fait très plaisir de lire ton commentaire. Belle journée à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *