Moutarde maison lactofermentée

Moutarde maison lactofermentée

Partager l'article:
 
  

Une relation particulière

Depuis tout petit j’ai vu ce pot jaune sortir puis rentrer du frigo au gré des salades, apéritifs, barbecue, sauces et autres préparations en tout genre qui rythmaient les mouvements de la famille autour de la cuisine.

Au début j’en ai surtout mangé sans le savoir, en vinaigrettes dans les salades, puis petit à petit j’ai appris à aimer ça.

Le goût à la fois puissant et subtil d’une bonne moutarde est tellement unique.

Surtout lorsqu’il est associé à d’autre aliments et que la moutarde donne une toute sa dimension à une simple salade de pommes de terre ou parfume subtilement un plat tout entier.

Moutarde maison lactofermentée

S’il existe une sauce froide qui s’est imposée comme une référence absolue dans notre réfrigérateur, c’est bien la sauce moutarde.

C’est simple, je ne connais personne dans mon entourage proche qui n’ait pas un pot de moutarde entamé sur l’étagère de son frigo.

De petits caractères

Étant petit, je me suis souvent amusé à lire les différents messages présents sur toutes sortes d’emballage. Que ce soit mes céréales du matin en passant par un simple jus d’orange ou un emballage de friandise.

Cependant, pour de nombreux autres aliments, la partie reprenant la liste des ingrédients qui composaient l’aliment m’a souvent paru être écrite en langue étrangère ou alors en code : E224 (sulfite), acidifiant E330, E228… Je ne comprenais rien à ce qui me paraissait être un charabia bizarre bien loin de la nourriture que je mangeais.

Ce n’est qu’en 2016 lors de ma première année de formation en nutrithérapie que j’appris à mieux identifier et comprendre les différents ingrédients souvent écrits en tout petits sur l’étiquette arrière des aliments.

Que ce soit les conservateurs ou les additifs, j’appris qu’au-delà de prolonger la durée de vie des aliments et d’en améliorer parfois le goût ou la texture, ces substances ajoutées ont aussi un effet avéré sur notre santé intestinale et par ricochet sur notre santé globale.

La même année en 2016, je découvrais la lactofermentation et son processus naturel de conservation qui enrichit les aliments au lieu de les appauvrir tout en garantissant une sécurité alimentaire incomparable.

Sans fioriture

Moutarde maison lactofermentée

Nul besoin d’ajout superflu.

On transforme les aliments bruts à l’aide des bactéries déjà présentes naturellement sur la surface des aliments et en réunissant les conditions favorables à la fermentation naturelle.

Le résultat est surprenant, de nouveaux goûts émergent. Les aliments lactofermenté se conservent durant de très longues périodes pour notre plus grand plaisir.

C’est exactement le même procédé que j’ai employé pour réaliser ma moutarde fermentée dont je te partage la recette aujourd’hui.

Grâce à cette recette simple et délicieuse, tu pourras réaliser ta propre version de moutarde pour ensuite en profiter et pouvoir la conserver durant des semaines dans ton frigo.

Moutarde maison lactofermentée [la recette]

Moutarde maison lactofermentée

Ingrédients

Pour 2 pots de 20 cl

200 g moutarde jaunes en grains

10 g sel

15 g curcuma frais (ou ½ c. à café de curcuma en poudre)

5 g de gingembre frais (ou ¼ de c.à.c de gingembre en poudre)

30 cl d’eau non chlorée

10 cl de vinaigre de cidre

Méthode

Fais dissoudre le sel dans l’eau non chlorée.

Mets les graines de moutarde et les épices dans un bocal puis ajoute la saumure pour les recouvrir à niveau.

Ferme hermétiquement puis laisse fermenter à t° ambiante durant 5 jours.

Mixe les graines, les épices et la saumure. Ajoute ensuite le vinaigre et mixe à nouveau jusqu’à l’obtention d’une jolie moutarde.

Tu peux dès à présent remplir tes pots en prenant le soin de chasser les bulles d’air

Ferme ensuite tes bocaux puis stocke-les au réfrigérateur.

La moutarde sera d’abord assez puissante, puis elle s’adoucira avec le temps.

Tu peux soutenir Equilibres Aliments Terre en t’inscrivant à la newsletter et en nous rejoignant sur les réseaux: Facebook , Instagram & YouTube

6 commentaires

  1. viviane duveau dit :

    Bonjour peux on mettre du gingembre et curcuma frais ?

    • Bonjour, très bonne question et la réponse est oui, sans aucun doute. Le gout va changer et je recommande alors de mettre nettement moins de gingembre par rapport au curcuma. Joyeuse lactofermentation 🙂

  2. Merci beaucoup Yanis pour cette belle recette (que je vais faire, hihi)
    Ce midi je viens de goûter ma choucroute, un vrai régal. Je vais en refaire, mais un bon nombres de bocaux
    Mille mercis pour tes bonnes recettes, belle journée 😀

    • Avec grand plaisir Viviane !

      Merci pour ton retour inspirant, je suis heureux que la recette de choucroute te plaise et je me réjouis de continuer à proposer des recettes d’aliments lactofermentés, mais aussi de cuisine, car cela me nourrit aussi d’échanger sur ce blog.

      Merci beaucoup pour ton commentaire et belle journée à toi,

      Yanis

  3. Bonjour, je viens de faire votre superbe recette de moutarde. Elle est vraiment très bonne. Par contre j‘ai du ajouté de l’eau pour pouvoir le mixer et même avec ça je n’arrive pas avoir une texture bien lisse. Comment vous faites? Est-ce que vous avez eu le même problème qu’il n’avait pas assez de liquide après la fermentation ? Quel appareil vous utilisez svp? J’ai bien respecté les quantités et j’ai essayé de mixer avec mon termomix et un mixer marque moulinex. Que conseillez vous ? Merci d’avance

    • Merci pour ce retour ! J’utilise un petit blender prévu pour les petites quantités. Oui, ça m’est déjà arrivé, j’ajoute alors un peu d’huile d’olive et de vin blanc. La prochaine fois, n’hésitez pas à mettre un peu plus d’eau dès le départ. Pour ce qui est du mixeur, j’ai un petit blender polyvalent et je trouve ça bien pratique pour les petites quantités. Joyeuse fermentation à vous 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *