Microbiote

Microbiote intestinal : symbiose ou dysbiose ?

Partager l'article:
  •  
  •  
  •   

70 % de notre système immunitaire se loge dans notre intestin !

Cet article a pour but de te présenter ton microbiote dans le détail, t’apprendre à mieux le comprendre. Les mots comme “microbiote intestinal”, “symbiose, “dysbiose” ou encore “effet contrabiotique” n’auront plus de secret pour toi. L’idée de cet article est aussi de te permettre de renforcer ton système immunitaire en adoptant de nouvelles habitudes vertueuses pour ton microbiote.

Comparatif: Microbiote / Amazonie

Connais-tu le point commun entre la grande forêt d’Amazonie et ton intestin ?

Non, vraiment…aucune idée?

Si cela peut te rassurer : ce n’est clairement pas le nombre de pélicans rose qui y séjourne !

Une autre idée peut-être ?

Bon d’accord, c’est un parallèle qui peut te sembler étonnant à première vue, mais en écrivant ces lignes, je me rends compte qu’il existe en fait bien plus qu’un seul point commun entre ces deux “écosystème”.

Le premier point commun est que ce sont tous les deux des “faunes/flores”, de véritables écosystèmes d’êtres vivants en symbiose.

(Oui je sais, la photo n’est pas très à propos, mais je la trouvais chouette :))

Autre comparaison impressionnante : l’écosystème des bactéries présentes dans ton microbiote est aussi riche en diversité que celui de la grande forêt d’Amazonie.

Comme dans cette magnifique forêt, des milliers d’espèces jouant chacun des rôles différents séjournent à l’intérieur de ta flore intestinale.

Ta santé est en fait étroitement liée à la richesse, la vitalité et l’équilibre de cette forêt intérieur : ton microbiote.

Ces microbes qui te veulent du bien

Les bactéries de ton microbiote ont des rôles clés dans notre bonne santé : elles digèrent certains aliments que tu consommes, produisent des vitamines et hormones indispensables, réagissent aux médicaments et aux infections et contrôlent ton taux de glycémie et de cholestérol sanguin.

En fait la diversité des bactéries présentes dans ton intestin peut nettement limiter les risques que tu contractes ou développe un bon nombre de maladies comme : l’obésité, le diabète… et un grand nombre de pathologies que les recherches sont en train de confirmer.

Le microbiote et son bon équilibre sont fondamentaux pour ta santé.

Les bactéries qui vivent dans ton intestin interviennent dans beaucoup de mécanismes liés au fonctionnement de ton organisme.

Par exemple, lorsque la flore est déséquilibrée, en général sous l’effet du stress ou d’une alimentation défavorable des populations indésirables en grand nombre comme le candida prolifèrent. Ce qui peut avoir comme conséquence d’amener ton microbiote intestinal vers une dysbiose.

Ces bactéries indésirables lorsqu’elles ont en grand nombre peuvent avoir des effets délétères comme par exemple dégradés les acides aminés (briquettes qui forment les protéines).

Prenons le cas du tryptophane, acide aminé essentiel qui joue plusieurs des rôles clés notamment comme précurseur d’un neurotransmetteur de première importance: la sérotonine.

La sérotonine est considérée comme étant le neurotransmetteur frein des pulsions et précurseurs de la mélatonine (l’hormone du sommeil et chef d’orchestre de la chronobiologie).

Autrement dit, mal nourrir son microbiote peut directement contribuer à altérer nos facultés intellectuelles, la maitrise de nos pulsions, ainsi que la qualité de notre sommeil…

Et tout cela en considérant seulement l’unique dégradation d’un acide aminé essentiel.

Il faut savoir qu’il existe 10 acides aminés essentiels et que chacun d’entre eux a des rôles bien distincts dans le fonctionnement de notre organisme.

Ceci explique en partie pourquoi l’on entend si souvent parler de notre microbiote comme d’un 2e cerveau !

La qualité de notre flore bactérienne a aussi des répercussions plus basiques…

L’effet “contrabiotique”

Notre colon est une véritable arène de bactéries-gladiateurs !

Les bactéries commensales (gentilles et bonnes bactéries) doivent maintenir et contrôler le nombre de bactéries pathogènes suffisamment bas pour éviter à tout prix qu’elles ne prennent pas le dessus au risque de perturber le bon équilibre nécessaire à tout microbiote en bonne santé.

La présence en grand nombre de bactéries commensales (nos amies) prévient par compétition une prolifération dangereuse des bactéries pathogènes (les grandes méchantes). Ainsi les gentils bactéries peuvent prévenir une dysbiose (un déséquilibre) de microbiote intestinal.

C’est ce qu’on appelle “l’effet contrabiotique”.

Cela explique le grand succès de l’utilisation et la prise de probiotiques.

Un des exemples les plus impressionnants de cet effet contrabiotique est qu’une transplantation fécale à partir d’extraits de selle (oui, oui une greffe de caca) contenant un microbiote sain guérit entre 90 et 95% des entéropathies à Clostridium difficile ( alors que les antibiotiques sont quasiment inefficaces).

D’autres études et essais sont en cours pour tenter de traiter différentes pathologies et ce nouvel aspect de la médecine axée sur le microbiote et la greffe fécale pourrait bien révolutionné les traitements actuels, car les essais mener sont très encourageant.

Pourquoi avoir un microbiote “ami” ?

La qualité de notre microbiote et notre capacité à évoluer en symbiose sont un facteur majeur de l’intégrité de la muqueuse digestive, car il contrôle :

-les populations pathogènes
-les facteurs inflammatoires
-l’immunité (70% du système immunitaire se trouve dans l’intestin)
-les systèmes de jonctions serrées qui forment la paroi de notre colon

Qu’est-ce qu’une dysbiose du microbiote intestinale ?

Une dysbiose du microbiote intestinale survient lorsque l’équilibre qui permettait de vivre en symbiose avec le microbiote et ses micro-organismes est rompu.

Un déséquilibre de la flore, ou dysbiose intestinale entraine une inflammation de la paroi du tube digestif et l’induction de la “zonuline”, une protéine qui désorganise un des systèmes les plus importants d’adhérence entre les cellules : les jonctions serrées.

Si la frontière est ainsi désolidarisée ,trouée par des pores, on arrive à ce qu’on appelle le  “leaky gut” ou en bon français: un intestin perméable.

Avoir un intestin perméable est un réel problème, car les conséquences à court, moyen et long terme sur la santé peuvent être graves et entrainer l’apparition de maladie auto-immune, diabète, cancer, augmentation de maladie cardio-vasculaire… j’en passe et non des moindres !

Le plus souvent la flore et la muqueuse digestive deviennent source d’inflammation et ton microbiote intestinal risque une dysbiose sous l’effet de :

-mauvaise gestion des émotions, stress
-excès de protéine animale
-une alimentation industrielle (procédé délétère et additif en pagaille)
-un faible apport en végétaux et produits lactofermentés
-la glycation et l’altération des protéines par la chaleur (molécules de Maillard)
-un excès de glucide rapide, de graisses saturées, de fer
-excès de caféine et excès d’alcool
-excès de médicaments ou prise d’antibiotiques
-polluant (ex : détergeant, produits vaisselle, pesticides, etc.)

Devenir le bienfaiteur de son microbiote est possible.

Une cure de probiotique peut être une grande aide dans la reconstruction d’une flore.

Cependant elle doit absolument être assortie d’un changement d’habitude pour le maintien d’une bonne flore.

Avoir de bonnes bactéries, c’est bien, mais les nourrir et les entrainer pour qu’elles se sentent bien à l’intérieur de ton microbiote et fonctionnent en symbiose avec les autres bactéries de ta flore intestinale c’est encore mieux !

Pour cela, il te faudra prendre soin de tes bactéries amies, car elles te veulent du bien.

En cas de dysbiose et d’altération de la frontière digestive, les symptômes sont souvent associés à des ballonnements, des douleurs abdominales, des diarrhées ou encore de la constipation.

Pour reconstruire ou rétablir une flore déséquilibrée tu peux commencer une cure de probiotique à 10 milliards d’UFC (Unité Formant Colonie) pendant un mois, à renouveler par cure de 10 jours une fois pas an ou une fois par mois selon la sévérité.

Il est également bienvenu d’ajouter de la glutamine le carburant privilégier des cellules de la muqueuse digestive à raison de 15 g par jour durant un mois et puis au besoin cure de 10 jours par mois.

Quelques conseils utiles pour éviter la dysbiose du microbiote intestinal :

-ajoute des aliments “probiotique” à tes menus : légumes lactofermenté, tamari, ail noir fermenté, kombucha, kéfir…

-remplace les viandes et protéines animales par des protéines végétales quand c’est possible

-place les végétaux au centre du repas, en particulier les légumineuses et céréales en privilégiant les associations (légumineuse/céréale)

-privilégie les sucres lents aux sucres rapides

-remplacent les ajouts de sel par des épices protectrices comme le curcuma, le gingembre, le clou de girofle, l’ail, oignons, des herbes aromatiques en tout genre

-optimise tes apports en oméga 3 et remplace le beurre par de l’huile d’olive extravierge

-ne consomme pas de produits carbonisés ou roussis

-augmente ton apport en polyphénols, qui ont de nombreux impacts positifs sur ta flore, ils sont présent en grande quantité dans : les amandes entières, le chocolat noir, la grenade, les myrtilles, les betteraves, le thé vert, le thé vert matcha, les infusions roïbos ou hibiscus…

Conclusion

Pour en revenir au premier comparatif: sans la grande forêt d’Amazonie, la terre pourrait sans doute continuer à vivre, mais il est impossible de discerner la cascade d’effet négatif qui serait entrainé par une telle perte de diversité d’écosystèmes et de vitalité.

Sans ton microbiote ou sans une flore intérieure riche en diversité et équilibrée, les conséquences sont toutes aussi importantes, pouvant entrainer à terme d’énormes conséquences sur la santé.

Soigner ton microbiote intestinal, passe aussi par éviter à tout prix la dysbiose et le développement de bactéries peu désirables.

Au contraire, en prenant soin de ta faune intérieure, les bénéfices liés à la cohabitation symbiotique avec tes amis bonnes bactéries peuvent participer à ta bonne santé et ton épanouissement.

J’espère que cet article t’aura donné l’envie de te faire encore plus de bien en chouchoutant tes intestins.

Merci d’avoir lu cet article. Tu peux soutenir Equilibres Aliments Terre en t’inscrivant à la newsletter et en nous rejoignant sur les réseaux: Facebook Instagram

Santé et à bientôt sur le Blog !

Yanis

12 commentaires

  1. Très bon ce parallèle !! Je ne connaissais pas le mot “microbiote” mais avec ta métaphore et ton article, ce terme n’a plus de secret pour moi (ou presque). Merci

    • Et je rajouterais MERCI pour l’aspect pratique et les conseils pour une bonne alimentation… Du coup je comprends pourquoi je dois mieux manger 🙂 Merci Yanis !

      • Avec plaisir Nico ! Merci à toi pour tes commentaires encourageants. 🙏🙏

  2. Et oui les virus ne sont pas tous nos ennemis !
    J’adore l’association féculent/légumineuse : ma dernière recette testée : curry de haricots rouge – riz, un délice et pas que pour le palais !

  3. Oui le microbiote 🙂 Très important. Cela renvoie au sens de la question “CA VA ?”
    On ne connaissait pas encore le microbiote mais on avait compris que la santé se trouvait dans le ventre.
    Dans la culture japonaise, le HARA centre est synonyme d’énergie.
    Merci pour cette article intéressant

    • Oui, la fameuse question : « Comment allez-vous » que les médecins du roi posaient à ce dernier. Cela nous vient effectivement du « comment allez-vous à la selle ». Je ne connaissais pas le Hara. Merci du partage

  4. Merci pour cette présentation imagée pour les probiotiques, les prébiotiques et les antibiotiques qui sont à éviter..

  5. Merci Yanis ! Plus je lis tes articles, plus je me régale. Des articles utiles, inspirants, relatés avec simplicité et la petite touche d’humour qui va bien !

    • Un grand MERCI à toi Vanessa, ce genre de commentaire me fait énormément plaisir et m’encourage à continuer de partager des articles à travers mon blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *